Interview de Philppe le Gal

1 mars 2018 - 20:51

-Slt Philippe, comment se passe l’organisation du tournoi de foot en salle que le stade Hennebontais organise et dont tu es une des chevilles ouvrières ?

Le tournoi de foot en salle reprend la formule du tournoi de l'us Hennebont dont les deux premières éditions avaient rencontré un franc succès. La gvh organisait son traditionnel tournoi courant juin. C'est donc tout naturellement que le tournoi du stade hennebontais devient le challenge George Aubert dont c'est la dixième édition cette année le samedi 28 avril.
Mieux que les années précédentes, pour cette édition les trente-deux équipes (16 U11 et 16 U13) sont sponsorisées.
Aujourd'hui les inscriptions sont closent.

-D’où viennent les équipes et quelle catégorie y sont conviées?

Il faut dire qu'avec de telles récompenses (maillots-shorts-chaussettes à tous les participants) les clubs n'ont pas tardé à s'inscrire. Les équipes engagées sont locales, Kervignac, caudan, guidel, lanester mais pour la première fois des clubs un peu plus éloignés vont découvrir la formule berric lauzac, muzillac, menimur, elvin.
Année de coupe du monde oblige, les équipes représenteront une équipe nationale présente en Russie. A leur arrivée nous leur offrirons les tenues qu'elles porteront toute la journée. Les enfants garderont la tenue à l'issue du tournoi.
Bien évidemment le jour du tournoi toutes les forces vives du club seront mobilisées pour assurer les différents postes, arbitrage, table de marque, buvette, restauration.


-Un mot sur Cette nouvelle aventure qu’est le stade Hennebontais?

Concernant la fusion, le retrait de St Gilles m'avait un instant mis le doute non pas sur l'intérêt de la fusion mais sur la viabilité.
Aujourd'hui je me dis que la persévérance paye !
A quelques semaines de la fin de la première saison les résultats sportifs sont bon des plus petits au plus grand.
Le pari d'équiper rapidement toutes les équipes est bientôt gagné.
Des choses sont organisées loto, tournoi interne, tournoi en salle et c'est parfait !
Néanmoins il va falloir œuvrer pour s'ouvrir aux autres, notamment les parents ou tout autres bénévoles qui voudront bien nous rejoindre pour ne pas revivre ce qu'ont vécu les deux clubs à l'initiative de la fusion, se nécroser et souffrir du manque de bénévole.

Commentaires